Partage

ujsf

XV de France : Les relations avec les journalistes

 

Les conditions de travail des journalistes ne cessent de se dégrader depuis 4 ans au contact du XV de France masculin et un peu plus encore ces dernières semaines.

Nous déplorons :

Un déficit d’accès à ses acteurs – quand il ne s’agit pas d’embargo – que l’ouverture d’un (ou deux) entraînement(s) par semaine même dans son (leur) intégralité ne saura compenser éditorialement, quel que soit le support.

L’organisation de « top table » avec deux joueurs ou membre du staff à l’estrade et d’une durée de 15 minutes maximum sont parfaitement insatisfaisantes.

La raréfaction des entretiens individuels, parfois même contre la volonté de joueurs ou entraîneurs sollicités directement, interrogent sur la volonté derrière le protocole média mis en place par MM. Galthié et Latour.

Voici concrètement les raisons pour lesquelles nous ne pouvons plus travailler correctement :

Depuis le début de ce Tournoi des six nations, peu de cadres se sont présentés devant la presse. Sur les trois semaines « d’avant-match », des joueurs tels qu’Atonio, Baille, Ollivon, Woki, Lucu, Jalibert, Fickou ou Penaud ne sont pas passés en conférence de presse. Imaginez que nous n’avons encore jamais entendu un seul mot de la charnière (!).

Des changements de planning de dernière minute qui – au-delà du manque de respect à l’égard de nos reporters – démontrent au minimum de l’amateurisme. A titre d’exemple, le 7 février dernier le programme presse annonçait un entraînement ouvert à 14h45, un point presse joueurs à 16h et un membre de l’encadrement à 16h15. Le jour même, par un mail reçu dans les rédactions à 11h46 qui n’annonçait pas de modification des horaires mais seulement les joueurs invités à la conférence de presse, nous découvrions que le planning était intégralement avancé de près d’une heure avec la facilité que vous imaginez pour s’adapter quand il s’agit de rallier Marcoussis depuis le centre de Paris. L’entraînement, discrètement annoncé à 14h, a débuté à 13h50 et le point presse, nouvellement prévu à 15h50, s’est déroulé à 15h05. Cet épisode est malheureusement loin d’être isolé.

Pour aller plus loin sur cet unique Tournoi et les changements intempestifs dans le programme initial : le 29/01, deux staffs étaient prévus, aucun n’est venu. Le 30/01, 2 staffs prévus, aucun n’est venu. Le 06/02, 1 staff prévu, personne n’est venu. Le 07/02, 1 staff prévu, personne n’est venu. Par expérience, aucune sélection au sein du Tournoi des six nations n’agit de la sorte.

Nous joignons à ce courriel un programme presse type de l’équipe de France de football afin que vous évaluiez la différence de qualité de traitement réservée à nos confrères, bien plus nombreux par ailleurs. Si le format « top table » existe bien, joueurs ou membres de l’encadrement s’y présentent seuls et pour une durée excédant le plus souvent la demi-heure. Le nombre d’entretiens individuels lors de leur rassemblement peut aller jusqu’à trois par médias sur des périodes souvent couvertes par deux rencontres et ne sont pas retoqués si le joueur et son entourage sont contactés en amont. Après avoir pu travailler correctement de nombreuses années, au moins jusqu’en 2016/2017, les suiveurs du XV de France se retrouvent à envier les conditions d’accès à Didier Deschamps et se

s joueurs.

Vous devez réaliser que derrière les reporters qui vous suivent il y a des lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs donc des supporters auxquels vous refusez de vous adresser à travers nous.

Nous sommes à votre disposition pour discuter de cette situation qui ne peut pas durer.

Très cordialement

. Le Parisien

. Le Monde

. RTL

. Sud-Ouest

. Le Figaro

. RMC

. Agence France-Presse

. L’Equipe

. Midi Olympique

. Radio France

. UJSF

CHRONO

Prochains matchs